L’incidence des maladies rénales a une croissance très rapide.Participer á la mission de prevention et de prise en charge des problèmes rénaux.

« Table of Contents

25 Régime alimentaire des maladies rénales chroniques

Topics
  • Régime alimentaire des maladies rénaleschroniques
  • objectifs de la diététique
  • Apporthypercalorique
  • Restriction protéique
  • apportshydriques
  • Restriction en sel (Sodium)
  • Restriction en Potassium
  • Le régime restrictif en phosphore
  • Grandsapports envitamines et en fibres
  • Conception d’un régime quotidian

Le rôle majeur des reins est d’enlever les déchets et de purifer le sang. En plus de cela, le rein joue un rôle important en enlevant l’eau en excès, les sels minéraux et les produits chimiques. Il régule ainsi l’équilibre en eau et en sels minéraux tels que le sodium, potassium, calcium, phosphore et bicarbonates dans tout le corps.

Chez les patients souffrant de maladie rénale chronique (MRC), la régulation de l’eau et des électrolytes peut être perturbée. C’est pour cela que les apports habituels en liquides, sel et potassium peuvent perturber et sérieusement la balance hydro-électrolytique. Afn de réduire le travail des reins déjà souffrants et pour éviter des perturbations de l’équilibre hydro-électrolytique, les patients souffrant de MRC doivent modifer leur alimentation selon les recommandations du médecin et du diététicien. Il n’y a pas de régime fgé des MRC. Chaque patient a un régime diététique adapté à son état clinique, le stade de son insuffsance rénale et la présence ou non d’autres problèmes de santé. Les conseils diététiques doivent être revus et régulièrement chez un même patient.

Les objectifs de la diététique en cas de MRC sont:

  1. 1. Ralentir la progression de la maladie rénale chronique et retarder ainsi le recours à la dialyse.
  2. 2. Réduire la toxicité de l’excès en urée dans le sang.
  3. 3. Maintenir un statut nutritionnel optimal et prévenir les pertes de poids.
  4. 4. Réduire les risques de déséquilibre hydro-électrolytique.
  5. 5. Réduire le risque de maladie cardio-vasculaire.
222. Sauvez Vos Reins

Les principes généraux du traitement diététique chez les patients ayant une MRC sont :

  • Réduire les apports protéiques à 0,8 grammes/kg de poids et par jour.
  • Fournir la bonne quantité de glucides pour donner de l’énergie.
  • Fournir une quantité modérée de lipides. Réduire la consommation du beurre et del’huile, ainsi qu’en beurre clarifé indien ou ghee.
  • Limiter les apports en eau en cas d’œdèmes.
  • Réduire les apports en sel, potassium et phosphore dans l’alimentation.
  • Fournir les vitamines et oligo-éléments en quantités suffsantes. Un régime riche en fbres est recommandé.

Les détails des apports caloriques chez les patients souffrant de MRC sont comme suit:

1. Apport hypercalorique

Le corps a besoin de calories pour les activités quotidiennes, pour maintenir la température constante, pour grandir et avoir un poids corporel correct. Les calories sont essentiellement fournies par les lipides et les glucides. Les besoins quotidiens en calories chez un patient ayant une MRC sont de l’ordre de 35 - 40 kcals/kg de poids et par jour. Si cet apport calorique n’est pas correctement assuré, les protéines seront utilisées pour compenser les besoins caloriques. Cette dégradation des protéines peut avoir des effets néfastes sur le corps tel que la malnutrition et une production accrue de déchets toxiques. Il est donc indispensable de fournir la quantité adéquate en calories chez les patients ayant une MRC. Il est important de calculer les besoins caloriques du patient en fonction de son poids idéal et non pas en fonction de son poids effectif. Le poids peut être inférieur ou supérieur au poids idéal surtout chez les patients ayant une malnutrition ou un diabète.

Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 223.

Les glucides ou hydrates de carbone

Les glucides constituent la première source de calories pour l’organisme. On les retrouve dans le blé, le riz, les céréales, les pommes de terre, les fruits et légumes, le sucre, le miel, les gâteaux, les bonbons et les boissons.

Les diabétiques et les obèses ont besoin de réduire leurs apports en glucides. Il est préférable d’utiliser les glucides complexes ou lents des céréales comme le blé entier, le riz entier et les millets indiens comme l’éleusine (nachni, ragi) le sorgho, bajra ou mil à chandelle, qui contiennent également des fbres. Les glucides complexes doivent constituer une large proportion des hydrates de carbone, associés à une faible quantité de glucides simples ou rapides comme le sucre et qui ne doit pas dépasser les 20% des apports globaux en glucides.

Lipides

Les lipides constituent une source importante de calories pour le corps et fournissent deux fois plus d’énergie que les glucides ou les protéines. Les lipides ou acides gras insaturés (les bons lipides) comme l’huile d’olive, l’huile d’arachide, l’huile de colza, l’huile de carthame, l’huile de tournesol, poissons et noix sont mieux que les lipides ou acides gras saturés contenus dans les viandes rouges, lait entier, beurre, fromage, lard, volaille, beurre clarifé indien ou ghee et noix de coco. Il faut réduire les apports en lipides saturés et en cholestérol parce qu’ils peuvent entrainer des maladies cardiaques et des lésions rénales.

Parmi les lipides insaturés, il faut faire attention aux proportions des lipides mono-insaturés et les lipides polyinsaturés. Un apport excessif en acides gras polyinsaturés oméga-6 et un rapport élevé Oméga-6/Oméga-3 sont nocifs alors qu’un rapport bas Oméga-6/ Oméga-3 est bénéfque pour le corps. Des mélanges d’huiles végétales permettent d’atteindre l’objectif mieux qu’une huile

224. Sauvez Vos Reins

pure. Les aliments à base de beignets, chips, Vanaspati/Dalda Ghee (beurre végétal à base d’huile de palme), les gâteaux commercialisés sont potentiellement néfastes et doivent être évités.

2. Restriction protéique

Les protéines sont essentielles pour réparer et maintenir les tissus du corps. Elles aident également à la cicatrisation des plaies et à la lutte contre les infections.

La restriction protéique réduit la vitesse de détérioration des fonctions rénales retardant ainsi le recours à la dialyse et à la greffe rénale. Mais il faut éviter les restrictions excessives en protéines. Le manque d’appétit est fréquent en cas de MRC. L’association d’une restriction protéique et d’un manque d’appétit peut conduire rapidement à une déficit nutritionnel, une perte de poids, manque de forces et grande sensibilité aux infections, ce qui peut entrainer la mort.

En Inde, la plupart des indiens sont végétariens. Même les non végétariens ne prennent pas les produits animaux tous les jours. La quantité des protéines est étroitement liée au niveau socio- économique et reste loin des recommandations de l’Indian Council of Medical Research qui préconise 1 gramme par kilo de poids et par jour. Par conséquent, la restriction protéique à 0,8 g/kg et par jour préconisée dans les MRC pour en ralentir l’évolution est seulement une limite. On devrait plus insister sur la qualité des protéines à consommer. Il faut faire attention aux protéines complexes (0,4 à 0,6 g/kg) contenues dans le lait caillé, le fromage paneer, le lait de soja en poudre, les morceaux secs de soja et les graines de soja, le blanc d’œuf etc… et pour les non végétariens, le blanc d’œuf ou du poisson gras dont on peut prendre de petites qualités

Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 225.

3. Apports hydriques

Pourquoi les patients ayant une MRC doivent prendre des précautions concernant les apports en eau?

Les reins jouent un rôle majeur en maintenant la quantité d’eau du corps constante en enlevant les excès en eau sous forme d’urine. Chez les patients ayant une MRC, comme la fonction rénale s’altère, le volume des urines diminue.

La diminution du volume des urines entraine une rétention et du coup un excès de fuides dans le corps avec apparition de bouffssure du visage, œdèmes des jambes et des mains, hypertension artérielle. L’accumulation de liquides dans les poumons entraine une dyspnée. Si ces symptômes ne sont pas pris en charge, cela peut tuer le malade.

Quels sont les signes d’un excès en liquides?

L’excès en eau est encore appelé hyperhydratation. Les signes les plus fréquents sont les œdèmes, l’ascite (accumulation de liquide dans l’abdomen), une dyspnée et une prise de poids importante sur une courte période.

Quelles sont les précautions à prendre par les patients atteints de MRC pour contrôler les apports hydriques?

Pour éviter l’excès ou le manque en eau, il faut prendre autant de liquides que conseillé par le médecin traitant. Le volume des apports hydriques est variable selon les patients et doit être calculé en fonction du volume des urines et de l’état d’hydratation de chaque patient souffrant de MRC.

Quelle est la quantité de liquides autorisée chez les patients ayant une maladie rénale chronique?

  • Chez les patients sans œdèmes et ayant un volume urinaire correct, aucune restriction n’est conseillée. Mais chez les
22
  • 6. Sauvez Vos Reins
    • patients ayant une maladie rénale chronique, prendre beaucoup d’eau pour protéger les reins est une idée fausse.
    • Les patients ayant des œdèmes et une baisse du volume urinaire sont tenus de réduire les apports hydriques. Pour réduire les œdèmes, la quantité de liquides autorisée doit être inférieure au volume des urines des 24 heures.
    • Pour éviter les excès ou le défcit en eau, on conseille de boire l’équivalent de la quantité des urines augmentée de 500 ml. Ces 500 ml qu’on rajoute couvrent grossièrement les pertes d’eau par la sueur et la respiration.

    Pourquoi les patients ayant une MRC doivent-ils se peser quotidiennement et le noter?

    C’est pour surveiller l’état d’hydratation et détecter précocement un déséquilibre. Le poids corporel reste constant quand les apports hydriques sont faits selon les recommandations. Une prise de poids soudaine indique une surcharge hydrique liée à des apports supérieurs au nécessaire. La prise de poids avertit les patients qu’ils doivent réduire leurs apports hydriques. Une perte de poids survient généralement après traitement diurétique et réduction des apports hydriques.

    Conseils utiles pour réduire les apports hydriques

    Réduire les apports en eau est diffcile mais ces conseils peuvent vous aider à le réussir.

    1. 1. Pesez-vous à heure fxe dans la journée et réajustez vos apports hydriques en fonction de votre poids.
    2. 2. Le médecin vous informera de la quantité de liquides à ingérer quotidiennement. Par conséquent, on calcule et on mesure la quantité d’eau bue tous les jours. Rappelez-vous que les apports hydriques ne concernent pas que l’eau mais également le thé, le café, le lait, le lait caillé, le beurre, les
    Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 227.

    jus, les glaces, les boissons fraiches, les soupes dont le thin dal etc… En calculant le volume de l’eau bue, il faudra tenir compte des apports hydriques de votre alimentation. Il faut se méfer des pastèques, des raisins, la laitue, les tomates, le céleri, les sauces, la gélatine, les surgelés comme les glaces etc… Parce qu’ils sont riches en eau.

    1. 3. Réduire le sel, les épices et les aliments frits dans votre alimentation parce qu’ils augmentent la sensation de soif, vous poussant ainsi à consommer plus de liquides.
    2. 4. Buvez seulement à votre soif. N’ayez pas l’habitude de boire ou d’accompagner quelqu’un qui boit.
    3. 5. Si vous avez soif, prenez une petite quantité d’eau ou essayez la glace. Prenez un glaçon et sucez-le. La glace demeure plus longtemps dans la bouche que les liquides et donc donne une satisfaction plus que le même volume en eau. N’oubliez pas de compter les glaçons comme de l’eau bue. Pour vous faciliter les calculs, vous congèlerez la quantité requise dans les bacs à glaçons.
    4. 6. Pour maintenir la bouche hydratée, on peut faire des gargarismes avec de l’eau mais sans l’avaler. On peut également lutter contre la sécheresse de la bouche en mâchant des chewing-gums, en suçant des bonbons durs, des quartiers de citron ou de la menthe ou en utilisant du dentifrice liquide pour hydrater la bouche.
    5. 7. Utiliser toujours un verre de petite taille pour boire, ceci vous aidera à limiter vos apports hydriques.
    6. 8. Prenez vos médicaments après les repas avec l’eau que vous buvez en ces moments, cela vous évitera d’autres quantités d’eau pour avaler vos comprimés.
    7. 9. Le patient doit s’occuper à travailler. Une personne inoccupée sent souvent le besoin de boire de l’eau.
    22
  • 8. Sauvez Vos Reins
    1. 10. Les hyperglycémies chez les diabétiques augmentent la sensation de soif. Il est donc indispensable d’avoir un contrôle glycémique strict.
    2. 11. Durant la saison chaude, la soif augmente. Il est donc recommandé de vivre dans un confort de fraicheur pour éviter la soif.

    Comment mesurer et consommer précisément la quantité quotidienne prescrite de liquides?

    • Il faut mettre dans un récipient la quantité d’eau exacte prescrite par jour par le médecin traitant.
    • Le patient doit se rappeler qu’il n’a pas le droit de boire plus que le contenu du récipient l et durant toute la journée.
    • Chaque fois que le patient boit autre chose, il doit évaluer la quantité et la déduire de l’eau contenu dans son récipient.
    • Une fois le récipient vidé, le patient doit savoir qu’il ne pourra plus rien boire durant la journée en cours. Il est donc conseillé de répartir la quantité d’eau autorisée sur toute la journée pour éviter d’en rajouter.
    • Cette méthode de contrôle doit être faite tous les jours.
    • Grâce à cette méthode simple mais effcace, la quantité d’eau autorisée par jour est respectée.

    4. Restriction en sel (Sodium)

    Pourquoi les patients avec une MRC doivent prendre moins de sel?

    Le Sodium alimentaire est important pour maintenir le volume de sang et la tension artérielle. Les reins jouent un rôle important dans la régulation du sodium. Chez les patients souffrant de MRC, les reins ne peuvent pas enlever l’excès en sodium et en eau.

    Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 229.

    Ainsi, sodium et eau se retrouvent en excès chez ces patients. L’excès en sodium augmente la soif, les œdèmes, la dyspnée et l’hypertension artérielle. Pour prévenir ou réduire ces problèmes, les patients ayant une MRC doivent réduire leur consommation en sel.

    Quelle est la différence entre sel et sodium?

    Les mots sel et sodium sont souvent utilisés comme synonymes. Le sel que tout le monde connait est du chlorure de sodium qui contient 40% de sodium. Le sel est la principale source mais pas l’unique de sodium dans notre alimentation.

    Il existe quelques autres sources de sodium dans notre alimentation comme:

    • Alginate de Sodium: Utilisé dans les glaces et les chocolats au lait.
    • Bicarbonate de Sodium: Utilisé comme la poudre à pâte et les sodas.
    • Benzoate de Sodium: Utilisé comme conservateur des sauces.
    • Citrate de Sodium: Utilisé pour relever le goût de la gélatine, desserts et breuvages.
    • Nitrate de Sodium: Utilisé dans la conservation et comme colorant de certains plats.
    • Saccharide de Sodium: Utilisé comme édulcorant.
    • Sulfte de Sodium: Utilisé pour éviter la décoloration des fruits secs.

    Les composés cités ci-dessus contiennent du sodium sans pour autant avoir le goût salé. Le sodium est “caché” dedans.

    Combien de sel doit-on prendre?

    La quantité de sel ingéré par les indiens en moyenne est de 6 à 8 g/jour. Le patient atteint de MRC doit prendre la quantité

    230. Sauvez Vos Reins

    recommandée par son médecin traitant. Les patients ayant une MRC et présentant des œdèmes et une hypertension artérielle sont souvent contraints de prendre environ 3 g/jour.

    Quels sont les aliments riches en sodium?

    Les aliments riches en sodium sont:

    1. 1. Sel de table (sel que tout le monde connait), levure.
    2. 2. Papadum, cornichons salés, les sauces chutney salés, les sauces, les mélanges pour assaisonner ou chat massala et sambharas.
    3. 3. Les produits de boulangerie comme les biscuits, les cakes, les pizzas et le pain.
    4. 4. Les aliments contenant de la levure comme certains aliments indiens ganthiyas, pakodas ou beignets de légumes, dhoklas à base de pâte de riz fermentée, handwa ou cake de Gujarat, les beignets samosa, ragda patties, dahi vadas etc.
    5. 5. Gaufrettes, chips, popcorn, beignets salés, fruits secs salés comme les pistaches, les arachides, les aliments en conserve etc…
    6. 6. Beurre et fromages salés.
    7. 7. Les aliments instantanés comme les nouilles, spaghettis, macaroni, cornfakes etc…
    8. 8. Les légumes comme les choux, le chou-feur, le fenugrec, les betteraves, le radis, les feuilles de coriandre etc…
    9. 9. Des boissons telles le salted lassi salé, masala soda, limonade de citron et l’eau de noix de coco.
    10. 10. Médicaments comme le bicarbonate de sodium, les anti- acides et les laxatifs.
    11. 11. Les aliments pour non végétariens comme la viande, le poulet, les abats d’animaux comme les rognons, le foie et la cervelle.
    Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 231.
    1. 12. Le produits de mer comme les crabes, homards, huîtres, crevettes et poissons gras comme columbi, kurang, crabe, maquereau et poissons séchés.

    Conseils pratiques pour réduire sa consommation en sel

    1. 1. Réduisez la consommation en sel et évitez d’en rajouter dans les plats préparés avec de la levure. Préparez vos repas sans sel et rajoutez juste la quantité autorisée. C’est la meilleure façon de contrôler la quantité de sel ingéré par jour.
    2. 2. Eviter les repas salés (cités ci-dessus).
    3. 3. Ne servez pas des plats salés ou des assaisonnements salés à table et ne laissez pas le sel de table sur la table à manger. Ne rajoutez pas du sel dans vos salades, riz, lait caillé, les pains indiens comme chapatti, parathas et bhakhary, etc.
    4. 4. Lire attentivement le contenu des plats vendus dans le commerce. Ne cherchez pas seulement le sel mais tout ce qui peut contenir du sodium. Lisez bien les notices et cherchez plutôt les produits sans sodium ou “sodium free” ou peu salés “low sodium”.
    5. 5. Attention au sodium contenu dans les médicaments.
    6. 6. Faites bouillir les aliments riches en sodium et jeter l’eau de cuisson. Ceci peut réduire le contenu en sodium.
    7. 7. Pour rendre le régime alimentaire peu salé savoureux, on peut ajouter l’ail, l’oignon, le jus de citron, amchur, les feuilles de laurier , de la pâte de tamarin , le vinaigre, la cannelle, la cardamome, clous de girofe, safran, piments verts , noix de muscade, le poivre noir, cumin, fenouil, graines de pavot, etc…
    8. 8. Attention! Évitez les substituts de sel parce qu’ils peuvent contenir beaucoup de potassium. Ce potassium des substituts de sel peut élever la concentration sanguine de potassium chez les patients ayant une MRC et être dangereux.
    23
  • 2. Sauvez Vos Reins
    1. 9. Ne buvez pas l’eau adoucie. Dans le processus de fabrication de cette eau, le calcium est remplacé par du sodium. L’eau purifée par osmose inverse est moins riche en sels minéraux dont le sodium.
    2. 10. Si vous êtes au restaurant, choisissez les mets où il y a moins de sodium.

    5. Restriction en Potassium

    Pourquoi conseille-t-on aux patients ayant une MRC un régime pauvre en potassium?

    Le potassium est important pour le corps. Le corps en a besoin pour le bon fonctionnement des muscles, des nerfs et pour maintenir réguliers les battements du cœur.

    Normalement, le niveau de potassium est maintenu constant grâce à un équilibre entre les apports alimentaires et l’élimination de l’excédant pas le rein. C’est cette élimination qui peut être perturbée en cas de MRC, ce qui peut entrainer une augmentation du taux du potassium dans l’organisme (hyperkaliémie) entre deux séances de dialyse. Le risque d’hyperkaliémie est moindre en cas de dialyse péritonéale par rapport à l’hémodialyse. Le risque est différent dans les deux groupes du fait que la dialyse est continue en cas de dialyse péritonéale alors qu’elle est intermittente en cas d’hémodialyse.

    Une hyperkaliémie peut être à l’origine d’une fatigabilité des muscles et une irrégularité des battements cardiaques, ce qui peut être dangereux. Si l’hyperkaliémie est très importante, le cœur peut s’arrêter de battre brutalement et provoquer une mort subite. L’hyperkaliémie peut menacer le pronostic vital sans manifestations préalables (tueuse silencieuse).

    Pour éviter ces conséquences sérieuses de l’hyperkaliémie, les patients ayant une MRC sont contraints de réduire leur consommation en potassium.

    Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 233.

    Quel est le taux normal du potassium dans le sang? À quel taux le considère-t-on comme élevé?

    • Le taux normal de potassium dans le sang est de 3.5 mEq/l à 5.0 mEq/l.
    • Quand le taux de potassium est entre 5.0 à 6.0 mEq/l, il nécessite une modifcation du régime alimentaire.
    • Quand le taux de potassium dépasse les 6.0 mEq/l, il devient dangereux et nécessite une intervention pour le baisser.
    • Quand le niveau de potassium est supérieur à 7.0 mEq/l, il peut menacer le pronostic vital et nécessite un traitement urgent.

    Classifcation des aliments selon leur contenu en potassium

    Pour maintenir un taux correct de potassium dans le sang, certains aliments doivent être évités selon la prescription du médecin. En se basant sur le contenu en potassium de ces aliments, on les classe en trois catégories (très riches, riches et peu riches en potassium).

    Très riches en potassium = plus de 200 mg/ 100 g d’aliments

    Riches en potassium = 100 à 200 mg/ 100 g d’aliments

    Peu riches en potassium = moins de 100 mg/ 100 g d’aliments

    Aliments très riches en potassium

    • Fruits:Abricots frais, amla, bananes, noix de coco, custard, goyave, grenade, groseille, kiwi, mangue, melon, des oranges, papaye, pêches, pommes, prunes et sapoti.
    • Légumes: Amaranthe, aubergines, brocoli, citrouille, cyamopse, colocasia, coriandre, champignons, épinards, haricots, ignames, papaya crue, pilon, pommes de terre, tomates et patates douces.
    • Fruits secs: Amandes, dattes, noisettes, figues sèches, raisins secs et noix du noyer.
    • Céréales: Farine de blé, de Bajra ou de ragi.
    • Légumes secs : Haricots et lentilles secs de différentes couleurs.
    234. Sauvez Vos Reins
    • Mélanges d’épices: Graines de Cumin, graines de coriandre, piment rouge séché et graines de fenugrec.
    • Aliments non végétaux: Poissons comme les anchois, maquereaux, crabes, et boeuf, crustacés comme les crevettes, le homard.
    • Boissons: Bournvita, bière, lait de buffle, l’eau de coco, lait concentré, chocolat à boire, jus de fruits frais, boissons gazeuses, soupe rasam, soupe, lait de vache et vin.
    • Divers: Chocolat, cadbury, cake au chocolat, glace au chocolat, Lona salt (sel de substitution), chips et sauce tomate.

    Aliments riches en Potassium

    • Fruits: Cerises mûres, citron vert, litchi, pastèque, poire et raisins.
    • Légumes: Banane, betterave, carottes, feuilles de carthame, courge amere, choux, céleri, chou-fleur, gombo, haricots verts, mangue crue, oignons, radis, pois verts et le maïs sucré.
    • Céréales: Orge, farine tout usage (maida), millet jowar, nouilles et vermicelle à base de blé, flocons de riz (pressed rice, poha).
    • Mets non-végétariens: Cital, hilsa (poissons), katla, magur, foie.
    • Boissons: Fromage blanc.

    Aliments peu riches en Potassium

    • Fruits: Ananas, cerises, citron, fraises, framboises et pommes (rose apple).
    • Légumes: Ail, citrouille, courges, fèves, calebasse (turiya), concombre, feuilles de fenugrec (methi), laitue et piment doux.
    • Céréales: Riz, rava et semoule de blé.
    Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 235.
    • Légumineuses: Pois verts.
    • Mets non végétariens: Boeuf, agneau, porc, poulet et oeufs.
    • Boissons: Café, coca-cola, Fanta, limonade, jus de citron, Limca, Rimzim et les sodas.
    • Divers: Clous de girofle, gingembre sec, miel, feuilles de menthe, moutarde, noix de muscade, poivre noir et vinaigre.

    Conseils pratiques pour réduire le potassium dans l’alimentation

    1. 1. Prendre un fruit par jour, de préférence pauvre en potassium.
    2. 2. Prendre une tasse de thé ou de café par jour.
    3. 3. Les légumes riches en potassium ne doivent être pris qu’après en avoir diminué la quantité en potassium (comme expliqué plus loin).
    4. 4. Eviter l’eau de noix de coco, les jus de fruits et les aliments riches en potassium (liste plus haut).
    5. 5. Parmi les aliments contenant du potassium, il faut choisir ceux qui en contiennent le moins quand c’est possible.
    6. 6. La restriction en potassium est nécessaire non seulement chez les patients ayant une MRC en prédialyse mais également après l’initiation de la dialyse.

    Comment réduit-on le potassium contenu dans les légumes?

    • Eplucher et couper les aliments végétaux en petits morceaux, les laver avec de l’eau courante et tiède et les mettre dans un grand bol.
    • Remplir le bol avec de l’eau chaude (4 à 5 fois le volume des aliments) et les laisser tremper pendant au moins une heure de temps.
    • Après avoir trempé les aliments pendant 2 à 3 heures, les rincer 3 fois avec de l’eau tiède.
    • Faire bouillir les végétaux avec beaucoup d’eau qu’on jettera à la fn.
    236. Sauvez Vos Reins
    • On peut préparer les aliments ainsi bouillis comme on le désire.
    • Ainsi, vous pouvez réduire le taux de potassium dans certains aliments mais pas complètement. Il est donc préférable d’éviter les aliments fortement riches en potassium ou alors en prendre en petites quantités.
    • Comme ces aliments perdent les vitamines durant la cuisson, les suppléments en vitamines seront pris selon la prescription médicale.

    Conseils spéciaux pour réduire le potassium de la pomme de terre

    • Couper la pomme de terre en petits morceaux maximisant ainsi la surface du légume en contact avec l’eau.
    • C’est la température de l’eau utilisée pour tremper ou bouillir les pommes de terre qui fait la différence.
    • L’utilisation de beaucoup d’eau pour tremper ou bouillir est bénéfque.

    6. Le régime restrictif en phosphore

    Pourquoi les patients ayant une MRC doivent prendre un régime pauvre en phosphore?

    • Le phosphore est un minéral essentiel pour la solidité des os de l’organisme. Souvent, le phosphore en excès amené par l’alimentation est éliminé dans les urines maintenant ainsi un taux de phosphore équilibré.
    • Les valeurs normales du phosphore dans le sang se situent entre 4,0 à 5,5 mg/dl.
    • Chez les patients ayant une MRC, l’excès en phosphore amené par l’alimentation n’est pas excrété dans les urines et le taux de phosphore augmente ainsi dans le sang. L’augmentation du phosphore dans le sang entraine une libération du calcium par les os, entrainant ainsi leur fragilité.
    Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 237.
    • L’augmentation du phosphore dans le sang entraine d’autres manifestations comme des démangeaisons, une fatigabilité des muscles et des os, douleurs osseuses, douleurs articulaires. La rigidité des os entraine un risque accru de fractures.

    Quels sont les aliments riches en phosphore et qu’on doit éviter ou réduire?

    Les aliments très riches en phosphore sont:

    • Lait et produits dérivés: beurre, fromage, chocolat, lait concentré, glaces, lait frappé ou milk shake, fromage ou paneer.
    • Fruits secs: noix de cajou, amandes, pistaches, noix de coco sec, noix du noyer.
    • Boissons fraîches: Coca, Fanta, Mazza, Frooti, bière.
    • Carottes, feuilles de colocasia, le maïs, l’arachide, les pois frais, la patate douce
    • Protéines animales: viande, poulet, poissons et œufs.

    7. Apports importants en vitamines et en fbres

    Les patients ayant une MRC souffrent d’un apport insuffsant en vitamines en période de prédialyse du fait d’une diète sévère, de la manière de préparer les aliments pour les débarrasser de l’excès en potassium et du fait également du manque d’appétit. Par ailleurs, certaines vitamines, surtout celles solubles dans l’eau comme les vitamines B, C et l’acide folique etc ... sont perdues au cours de la dialyse.

    Pour compenser les apports insuffsants et les pertes accrues, les patients insuffsants rénaux ont souvent besoin d’une supplémentation en vitamines hydrosolubles et oligoéléments. Un régime riche en fbres est bénéfque chez les patients MRC. Ainsi, il est recommandé à ces patients de prendre beaucoup de légumes et fruits frais, riches en fbres et en vitamines.

    23
  • 8. Sauvez Vos Reins
  • Conception d’un régime quotidien

    Pour les patients MRC, la ration quotidienne en aliments et liquides est planifé par le diététicien en collaboration et selon les conseils des néphrologues.

    Les grands principes de la ration concernent

    1. 1. Apport en liquides (y compris le liquide des aliments): la restriction hydrique doit se faire selon l’avis du médecin. La courbe du poids doit être tracée tous les jours.
    2. 2. Les hydrates de carbone: pour assurer un apport calorique adéquat avec les céréales, le patient peut prendre le sucre ou glucose contenus dans les aliments, à condition qu’il ne soit pas diabétique.
    3. 3. Protéines: lait, céréales, viandes et œufs sont la principale source de protéines. Les patients MRC qui ne sont pas en dialyse doivent réduire les apports en protéines dans leur ration. Il est recommandé de prendre 0,8 grammes par kilo de poids corporel et par jour. Une fois la dialyse démarrée, les patients ont besoin de plus de protéines (surtout ceux sous dialyse péritonéale). Il faut éviter de manger les protéines d’origine animale comme la viande, le poulet et le poisson; aliments qui sont riches également en potassium et en phosphore. Toutes les protéines d’origine animale peuvent être délétères aux patients MRC.
    4. 4. Lipides: le taux de lipides (gras) dans les apports alimentaires doit être réduit mais l’éviction totale du beurre, du beurre clarifé ou ghee etc… peut être dangereuse. Généralement, l’huile à base de graines de soja ou d’arachide est utile pour l’organisme à condition d’en prendre en quantité limitée. .
    5. 5. Sel: la plupart des patients sont priés de réduire leur consommation en sel. On leur demande de ne pas rajouter
    Régime alimentaire des maladies rénales chroniques 239.

    le sel de table, de ne pas manger les aliments préparés avec des levures ou alors en très petites quantités. Il faut éviter les substituts du sel parce qu’ils sont riches en potassium.

    1. 6. Céréales: le riz et produits dérivés comme le riz aplati ou poha, le riz souffé ou kurmura peuvent être consommés. Pour éviter de prendre un seul type de céréales, on peut varier en prenant du blé, riz, poha, sorgho, semoule et toutes les farines et cornfalkes proposés sur le marché. Orge, maïs et barja doivent être limités.
    2. 7. Les sauces d’assaisonnement : différentes sauces peuvent être prises en quantités réglementaires et en variant pour améliorer l’acceptabilité des repas. Comme les sauces sont liquides, la quantité de liquide consommé avec doit être comptabilisée. Si possible, prendre les sauces épaisses plutôt que liquides. La proportion de sauces doit être en accord avec la prescription médicale.
    3. 8. Pour réduire le potassium des aliments, il est important de les tremper dans de l’eau chaude qu’on jettera plus tard, après les avoir lavés. Par la suite, il faut les faire bouillir et jeter l’eau supplémentaire. Ainsi, l’ingrédient est prêt pour le mode de préparation de votre choix. Comme alternative au riz aux sauces, on peut prendre du khichadi ou dosha.
    4. 9. Végétaux: les végétaux ayant un faible taux de potassium peuvent être pris sans restriction. Mais les végétaux riches en potassium doivent subir le processus d’extraction de potassium avant la consommation. Pour améliorer le goût, du jus de citron peut être ajouté.
    5. 10. Fruits: les fruits pauvres en potassium comme la pomme, la papaye et la framboise peuvent être consommés mais une fois par jour. Le jour de la séance de dialyse, le patient peut
    240. Sauvez Vos Reins

    consommer un fruit. Les jus de fruits et l’eau de la noix de coco doivent être évités.

    1. 11. Lait et produits dérivés: 300 à 350 ml de lait ou de ses dérivés comme le kheer (gâteau à base de riz), crème glacée, lait caillé, maththa peuvent être consommés. Encore une fois, pour éviter l’excès en liquides, on doit limiter les quantités de ces produits.
    2. 12. Boissons fraîches: Pepsi, Fanta, Frooti doivent être évités. Ne prenez ni jus de fruits ni eau de la noix de coco.
    3. 13. Les fruits secs: les fruits secs, cacahuètes, grains de sésame, noix de coco à l’état frais ou sec doivent être évités.
    wikipedia
    Indian Society of Nephrology
    nkf
    kidneyindia
    magyar nephrological tarsasag